VONIE BLAUWART

Artiste-peintre

Hameau de Cueugne à Bazoches-du-Morvan (Nièvre)
Evry (Essonne)




L'ART DE VONIE BLAUWART

L'oeuvre de Vonie BLAUWART tient d'un sac, un sac à malices qui a participé de toutes ses aventures, de tous ses voyages, du Mexique au Sri Lanka, des îles tropicales aux rives du Danube. Sac à dix sous, informe, sans âge ni ostentation, il n’en n’est pas moins sa lampe d’Aladin, son creuset d’alchimiste, sa manne providentielle.

D’aucuns parlent aussi du sac à malices comme celui des prestidigitateurs. Assurément, Vonie BLAUWART est une magicienne dont les sortilèges picturaux reflètent toute la gloire du monde et le bonheur intense de vivre. Des ocres des terres de Toscane, de Puisaye ou de Roussillon aux encres noires d’Extrême-Orient, des brous de noix aux cyanures de fer, cette besace est le fourre-tout des pigments terrestres, source d’inspiration pour l’artiste et pourvoyeur d’envolées joviales.

Ce sac est comme le point de départ et l’aboutissement d’un mystère. A la manière d’un trou noir, il concentre l’essence de la matière, comme un trou noir il est le lieu potentiel de toute renaissance, Big Crunch et Big Bang tout à la fois. Le peintre est à l’image du Créateur : il est celui qui, de l’inerte, fait jaillir la lumière par le souffle de l’esprit. Fiat lux !

De ce point de vue, les œuvres de Vonie BLAUWART sont un festival pyrotechnique. Il y a ici la puissance du feu de l’âme alliée à l’art maîtrisé du trait et de la couleur. C’est un bouillonnement, un florilège de nuances, de l’énergie pure. Certaines toiles font immanquablement penser à ces galaxies en gestation dont la forme donne parfois libre cours à l’imagination et au lyrisme des hommes. Serions-nous, avec Vonie BLAUWART, aux sources mêmes de la vie ?

Comme souvent, l’œuvre est une invitation au dépassement de soi. Qu’y a-t-il finalement au fond de ce sac que l’artiste ait voulu nous faire partager ? Le sait-elle elle-même ? Sans doute serait-il vain de chercher une explication unique. A chacun donc, en toute liberté, de se laisser pénétrer par la seule composition plastique des peintures ou de plonger à son tour dans le sac à malices de Vonie BLAUWART afin d’y découvrir tous les trésors qu’il recèle encore.

Pascal POUILLET